Une aventure de fou...

Publié le par Bruno

...ou comment je suis devenu MARATHONIEN

Marathon de Paris 2006

 


Lever à 6h00 pour une journée pas comme les autres, petit déjeuner et préparatifs de départ. Je suis plutôt cool, la journée s'annonce belle, le soleil se lève et la température extérieure est de 2°.

 

En route à 7h00, mon beau frère m'emmène pour me déposer juste aux pieds de l'arc de triomphe à 7h30. J'ai le temps de déposer mes affaires à la consigne avant le rendez-vous AE à 7h45 sous l'arc. Déjà beaucoup d'effervescence, j'aime bien cette ambiance de course avant le départ. Je remonte vers le point de rendez-vous et je fais le tour, pas facile de retrouver les collègues AE dans la foule, j'aperçois Arnbou. Webelette, Tuckson et Le Tique nous rejoignent après quelques minutes, une petite photo de famille pour immortaliser cette rencontre brève mais très sympathique.

 

L'heure avance, direction les sas de départ, je rentre dans le sas violet des 3h45 accompagné de Webelette, il n'y a pas encore trop de monde mais déjà une belle file d'attente aux toilettes.

 

Les tenues commencent à voler de partout, le départ est imminent...c'est parti, on n’avance pas!!...toujours pas...ça y est...on marche !?!  Ce qui n'est pas plus mal parce qu'il faut éviter tous les déchets au sol. Il nous faut bien 5' pour atteindre l'arche de départ et enfin après quelques minutes on commence à courir.

 

 

Les premiers kilomètres commencent à passer, c'est cool comme ambiance, je ne vois pas les meneurs d'allure violet, où sont-ils ?? km 5 premier ravitaillement, j'arrive à me servir sans trop de problème et je suis à environ 5'10 au kilo donc tout va bien. D'un seul coup un groupe me dépasse, ce sont les bleus (3h30) mais qu'est-ce qu'ils font là ? Je continue sur mon rythme qui me va bien.

 

 

Les kilomètres défilent, je passe le 10 en 51'25. Toujours pas de meneurs d'allure, suis-je trop rapide ? Je pense que oui. Sympa cette visite de Paris en courant, il fait beau, les spectateurs nous encouragent, tout va bien.

 

Arrive le semi en 1h50'44 yessss. Ma foi tout va toujours bien et je suis content.

Tiens Webelette qui me passe, on échange deux trois mots et elle part, trop rapide pour moi, je reste sur mon rythme.

 

 

28ème kilomètre, je ressens quelques douleurs au mollet gauche, ça va sûrement passer...

 

 

30ème 2h44'41, le rythme a baissé un peu, pas grave, je m'arrête au ravitaillement et je veux repartir. Aïe, ça coince, le mollet droit est complètement raide, je m'étire et marche un peu.

 

 

31ème, petit goulot d'étranglement, je dois franchir un trottoir et là catastrophe je m'écroule à cause de la douleur, je suis allongé sur le trottoir et deux bénévoles arrivent pour m'étirer la crampe au mollet. Je repars en marchant.

 

 

32ème, c'est le gauche qui lâche je m'écroule de nouveau en me tenant le mollet, je dois vraiment avoir l'air mal en point car une spectatrice veut appeler les secours, mais NON JE VEUX REPARTIR, là encore deux spectateurs ou des bénévoles me donnent un sacré coup de main pour faire passer ces satanés crampes.

 

Je me traîne jusqu'au 35ème en marchant, le chrono n'a plus d'importance, tiens les "roses" me dépassent. Direction la tente de la croix rouge pour un massage.

Je repars doucement, miracle du corps humain je retrouve un peu mes mollets au 37ème.

Je recommence à courir tout doucement, j'essaie d'entraîner sur mon passage ceux qui sont en déroute comme moi.

 

 

Je tiendrais ce rythme jusqu'à l'arrivée, le chrono de l'arche d'arrivée indique 5h02, moins les 5 bonnes minutes du temps réel je VEUX passer sous les 5h00 et ça le fait, ça y est je suis marathonien en 4h58'30.

 

Sacré aventure humaine pour aller chercher au fond de soi le PLAISIR de l'avoir fait.
 

Publié dans Marathons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
X
Bonjour,Merci pour votre commentaire. Le portrait est celui de mon amie. Je vous ai trouvé grâce au petit prince. J'espère faire partie de votre communauté.Je n'ai pas encore lu tous vos articles. Moi aussi j'aime la course. Petit, j'ai habité Djibouti et mon père nous parle toujours des extraordinaires coureurs........... Amitiés. 
Répondre
P
Salut petit Prince, j'étais resté sur la clôture de ton ancien blog et peu importe si je te salue sur l'un te tes anciens CR, il reste plein de vie. Je suis heureux de retrouver le fil d'ariane.
Répondre